Association des Guides Du Liban

Historique

Les Guides du Liban existent depuis Noël 1937. Elles ont su développer et actualiser leur proposition et leurs méthodes pour offrir toujours un espace de développement et d’engagement à des jeunes filles et des jeunes femmes enthousiastes.

 

Jetons un coup d’œil sur l’histoire de l’Association, à travers quelques étapes clés :

  • La veille de Noël 1937, donc ; un premier groupe de jeunes filles se réunit au Sanatorium de Bhannès, pour une veillée de Noël. Une jeune étudiante en médecine, Melle Ressicaud, s’engage à être leur cheftaine avec pour aumônier Père Le Génissel. Leur premier camp d’unité a lieu à Deir El Harf, l’été 1938.

 

Dans le monde, le Guidisme (pour les jeunes filles et femmes de 11 à 17 ans) avait été lancé lorsqu’au premier Rallye Scout en 1909, les sœurs et cousines des scouts s’étaient joints à la fête, (sans y avoir été invitées !), et avaient tenu à être de toutes les activités, même de l’inspection !

  • En 1947, un décret officiel de l’Etat Libanais reconnaît l’Association des Guides du Liban comme « mouvement de développement et d’éducation des jeunes filles aux niveaux Personnel, Spirituel, Emotionnel, Physique et Social ». La pédagogie adoptée propose « l’éducation des Jeunes par d’autres jeunes, à peine plus âgés qu’eux ». Cette méthode est très attrayante et permet une expansion rapide dans tous les milieux et partout au Liban.

  • Dans les années 50, la branche Jeannette est proposée aux petites sœurs de 7 à 11 ans ; leur vie dans la forêt et ses sentiers doit les préparer à la vie guide.

          Un grand événement ! : La compagnie 7eme Beyrouth rencontre l’Abbe Pierre,

          Fondateur des chiffonniers d’Emmaius, venu au Liban en mission.

  • La première maison des guides, baptisée « central » est inaugurée en 1957, à la rue Doumani, à Achrafieh.

  • En 1960, les Guides du Liban et les Eclaireuses du Liban s’associent pour créer « L’Organisation Nationale des Guides et des Eclaireuses (ONGEL) », c’est un pas important vers la reconnaissance mondiale, qui ne tarde pas à suivre.

     

  • En effet, Lady Olave Baden Powell en personne, la femme du fondateur du Mouvement Scout, fondatrice elle-même du Guidisme, vient au Liban en 1961, pour une visite qui enflamme d’enthousiasme des milliers de guides et jeannettes libanaises, qui se souviendront longtemps de cet événement marquant !

    Suite à cette visite, et en reconnaissance de la qualité de ses méthodes et de son encadrement, l’Association est reconnue comme faisant partie de « la grande fraternité guide », soit plusieurs millions de Guides disséminées dans le monde entier et regroupées sous la bannière de « L’Association Mondiale des Guides et des Eclaireuses (AMGE) ». Cette reconnaissance a lieu à la Conférence Mondiale de l’AMGE de 1963, au Danemark.

  •  Ce regroupement et cette ouverture permet de promouvoir une nouvelle dimension dans la méthode : c’est le développement de la conscience d’appartenir au monde, la tolérance des spécificités culturelles et le développement des relations d’amitié entre les peuples.

    Les Guides du Liban commencent à voyager, à se faire des amies partout dans le monde et à se faire reconnaître comme des interlocutrices de valeur au niveau mondial

  • Au cours des années 70, la méthode est revue et la branche Caravelle voit le jour. Elles s’orientent vers le travail social et doivent démontrer plus d’autonomie individuelle que les Guides. L’Association propose désormais trois méthodes : Jeannette pour les 8 à 11 ans, Guide pour les 12 à 14, et Caravelle pour les 15 à17 ans.

     

    A la même période, le Liban connait de grands bouleversements politiques et c’est le début de la  guerre ;  à l’image de la population du pays, l’ Association des Guides doit  quitter son local et sa boutique «  Au Trèfle Bleu »  désormais situés en «  zone dangereuse » à la rue Justinien –Clemenceau, et erre de local en local pendant une dizaine d’années jusqu'à s’établir enfin à Antélias, derrière l’Eglise St Elie.

     

  • Durant les sombres années de guerre, jamais les Guides n’ont cessé d’avoir des activités de développement de soi et d’engagement social et spirituel. Elles ont spontanément pris leur responsabilité civique afin d’aider et de mettre de la joie dans les cœurs des plus démunis.

    Elles ont aussi contribué à la réflexion civique sur le rôle des civils et des laïcs dans la société    libanaise. Pour illustrer cet engagement civil et spirituel, L’AGDL   devient en 1977 membre du Conseil pour L’Apostolat des Laïcs.

     

Au Niveau Mondial

Entre temps, les libanaises commencent à s’illustrer au niveau mondial de L’AMGE et tiendront désormais sans discontinuité une place dans le Comité Mondial et les autres comités de l’Association Mondiale. Cette ouverture formidable permet par effet de retour un développent qualitatif important de la méthode et des systèmes de L’AGDL.

  • En 1987, suite à un besoin croissant d’engagement social et de préparation de futurs cadres pour l’association, c’est la branche Jeunes en Marche (JEM) qui est fondée.

  • En 1995, la complexité et le suivi nécessaires pour former des cadres pour le mouvement maintenant fort de plus de 4000 membres, dont plus de 300 Com­missaires, Cheftaines, Assistantes et JEM, conduit à la mise en place du « Programme de formation des Cheftaines ». Les formatrices au niveau national reçoivent désormais un certificat de « Trainer » de L’AMGE.

  • En 1997, les 60 ans de l’AGDL sont fêtés en grande pompe sur la place de Deir el Kamar, où une représen­tation géante groupant plusieurs centaines de Guides et Caravelles est donnée à l’issue d’un jamboree re­groupant toute l’Association. « Avancer et Grandir, Cap sur l’Avenir » est un spectacle écrit par le poète père Jean Debruynne (d’ailleurs décédé au Liban lors d’une visite l’été 2006) et mis en scène par Françoise Parmentier, ancienne Commissaire des Guides de France et responsable de la CICG.

  • En 2000, c’est au tour de la CICG, (Conférence In­ternationale Catholique du Guidisme) de reconnaître officiellement des partenaires de longue date et de confier aux Guides du Liban des responsabilités au sein de son conseil pour le Moyen Orient.

  • En 2002, L’AGDL s’associe à toutes les autres or­ganisations libanaises ayant en commun le scoutisme féminin sous le nom de « Fédération Libanaise Des Eclaireuses et des Guides (FLEG) ». C’est le moment de systématiser la coopération au niveau national et de partager avec les autres associations la richesse acquise durant toutes ces années.

 

Parallèlement, de nombreux partenariats avec des associations de jeunes, de femmes, d’environnement, d’hygiène, etc… sont entrepris afin d’unir les efforts de développement durable entrepris par tous.

  • L’année 2003 voit la naissance des toutes petites Farandoles, âgées de 6 et 7 ans.

  • En 2004, l’accueil de jeunes filles et femmes ayant des besoins spéciaux est enfin systématisé par une méthode ; c’est la « Méthode Tournesol » qui propose de « vivre ensemble avec nos différences ».

  • En 2007, l’Association fête ses 70 ans à St. Joseph School - Kornet Chehwan durant une Journée Natio­nale autour du thème:« Gardons nos lanternes allumées ».

  • En 2010, l’Association des Guides du Liban, s’engage plus que jamais au développement de femmes pétries de valeurs spirituelles, morales et civiques, capables d’en témoigner et de prendre leurs responsabilités dans la vie publique comme dans la vie privée.

  • En 2011, un foulard et un t-shirt gris brodé d’un trè­fle guide ont été réalisés pour les aumôniers et les soeurs accompagnatrices, afin qu’ils les portent du­rant les cérémonies guides.

  • En Juillet : Le Prix Olave a été décerné à la branche JEM pour son action au sein des prisons pour femmes au Liban.

  • En 2012, une nouvelle approche de la Formation Continue des Branches a été adoptée cette année. Définie par : Maintien et Actualisation des Compé­tences - «MAC», s’adresse aux Cheftaines et Assis­tantes des Branches. Dirigée par les commissaires de branche sous la responsabilité de la Tête de Branche, le MAC a un signe distinctif, le Scalp. De la couleur de la branche, il est fixé à l’épaule gauche de la chemise et remis à chaque niveau (3 niveaux).

  • Une année très spéciale dans l’histoire de l’Association des Guides Du Liban, elle célèbre ses 75 ans… 75 ans d’existence…

  • En octobre 2013, l’application du nouveau plan de formation de l’AGDL après une restructuration dans le fond et la forme.

  • 21 novembre 2013, l’AGDL devient membre de l’APECL (Assemblée des Patriarches et des Evêques Catholiques au Liban).